perturbateurs endocriniens
Non classé

Perturbateurs endocriniens, de quoi s’agit-il vraiment ?

Perturbateurs endocriniens, douce expression que nous entendons de plus en plus en ce moment. On dit que c’est dangereux, que cela met en danger notre santé. La chasse aux perturbateurs endocriniens nous semble presque impossible tant ces perturbateurs sont partout autour de nous.

Parlons perturbateurs endocriniens, parlons hormones…

En effet, ces deux notions sont intimement liées. Avant de vous expliquer pourquoi, rappelons simplement ce que sont les hormones. Ils sont des « messagers chimiques » libérés par notre système de glande hormonale. Jusque là, ça va. Le rôle de ces messagers chimiques c’est d’agir sur nos différents organes afin de leur permettre d’effectuer leurs fonctions physiologiques comme la reproduction, la lactation, la régulation de la température, etc. En gros, toutes les grandes fonctions physiologiques de l’être humain. Comme je l’ai déjà dit, ces hormones ont le rôle de messagers dans notre corps, ils viennent délivrer les bons messages. Le neurobiologiste Olivier Kah explique qu’ils agissent comme des petites clés qui viennent se fixer dans des serrures. Ces serrures sont des récepteurs, ils vont réceptionner le message que l’hormone doit délivrer à l’organe. Il y a donc une interaction entre l’hormone et le récepteur et c’est là que ce situe toute la suite du problème. En effet, c’est cette relation hormone – récepteur qui peut être perturbée par nos perturbateurs endocriniens.

Ils peuvent mimer les effets des hormones, ils peuvent bloquer les réceptions et bloquer l’accès aux hormones, etc. Comme vous le verrez si vous creusez un peu, ils peuvent perturber la réception des messages de nos petits hormones de pleins de manière différentes.

Quelles conséquences sur mon corps ?

Vous vous doutez bien que si le message qui doit être délivré par l’hormone n’arrive pas à l’organe qui en a besoin, alors cela peut avoir des conséquences désastreuses sur notre corps. Aujourd’hui il existe plus de 800 substances regroupées dans ce qu’on appelle les perturbateurs endocriniens. Ils sont partout autour de nous et leurs conséquences sont désastreuses.

Quand on est déjà un être humain à part entière cela a certaines conséquences du type : Problèmes de thyroïdes, puberté précoce, problème de sexualité, cancers, baisse de la fertilité et j’en passe.

Mais quand on est un petit bébé en construction dans le ventre de sa maman, cela peut-être désastreux également : malformations génitales, entre autre.

Où les trouve-t-on ?

Bon, on vous a déjà dit que le plastique c’est le mal, non ? Si ce n’est pas le cas, préparez-vous parce que sur ce blog, on n’aime pas ça du tout le plastique. Non seulement ça pollue atrocement, ça ne se dégrade pas, ça ne se recycle pas mais en plus, ça nous empoisonne. En effet, premier endroit où vous trouverez des perturbateurs endocriniens : le plastique ! Pensez-y à deux fois avant d’acheter le nouveau Pet Shop à la mode a votre petite fille…

On en trouve dans de nombreux pesticides, si le sujet des pesticides vous intéresse, je vous invite à lire un article précédent sur Monsanto. Les retardateurs de flammes aussi, qui sont dans les voitures, ordinateurs, canapé, matelas, etc. En effet, on met des retardateurs de flammes sur les objets du quotidien qui seraient flammables.

Ils sont dans nos produits cosmétiques, dans nos produits ménagers, et oui, la pétrochimie est partout !

J’ai même une liste de ces petits vicieux à vous proposez, allez jeter un oeil là-dessus et partez à la chasse aux perturbateurs endocriniens.

Comment les éviter ?

Maintenant qu’on s’est un peu fait peur, essayons de voir comment les éviter ou atténuer leurs effets.

Règle n°1 : éviter le plastique à tous prix. Par exemple, ne jamais chauffer au micro-ondes avec un récipient en plastique mais privilégiez le verre.

Règle n°2 : Se renseigner ! Surtout sur le sujet des cosmétiques… on y comprend plus rien, on ne sait plus où donner de la tête. A croire qu’on a le choix entre les perturbateurs endocriniens ou des allergènes, irritants ou même encore cancérogène. Ce que je peux vous conseiller c’est de faire le plus simple possible et de vous renseigner un maximum. C’est un sujet très vaste sur lequel je compte faire un billet prochainement. D’autant plus que le hors série de « 60 millions de consommateurs » sur le sujet fait beaucoup parlé en ce moment…

Règle n°3 : Achetez bio au maximum, au moins pas de pesticides dans les aliments !

Règles n°4 : N’achetez surtout plus de produits ménagers industriels. C’est un nid à perturbateurs et autres allergisants. Dégainer votre vinaigre blanc et bicarbonate de soude ! Diablement plus efficace que tous ces concentrés de pétrochimie d’ailleurs…

Règle n°5 : Faite au plus simple… Evitez de générer du chimique partout autour de vous, odeurs, diffuseurs, bougies, cuisines, etc. Evitez de dormir près de vos appareils électroniques.

 

Voici un documentaire complet sur la question, si le coeur vous en dit :

 

Sachez que je ne suis pas parfaite non plus, je ne parviens pas toujours a appliquer toutes ces règles à la lettre. Nous ne pouvons pas éradiquer les perturbateurs endocriniens de notre environnement, ils nous suivent jusque dans notre matelas. Soyez indulgent envers vous-même tout en limitant de votre mieux l’impact de ces perturbateurs sur votre santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *